La simplification du bulletin de paie, ou la politique de l’autruche
29 avril 2018
Afficher tout

L’amélioration de la qualité de vie au travail … bof, quel intérêt ?

actualité teambuilding

Aucun intérêt, la cohésion d’équipe, le moral des troupes, lorsque le « groupe France » défend nos couleurs contre nos cousins d’Angleterre ou ces fichus blacks, sur une terre de rugby ?

Quelle différence avec l’entreprise, au quotidien du labeur, lorsqu’on cherche l’excellence, lorsqu’on défend ses valeurs dans une guerre économique sans merci ?

L’entreprise est une aventure collective, comme l’envisage une équipe, un équipage.

Si on ne s’intéresse pas aux hommes, aux femmes qui la composent, on condamne la performance, et par de mauvais vents, on part au naufrage.

Améliorer la qualité de vie au travail permet de forcer la chance.

Je vous vois d’ici, levant les yeux au ciel, vous trouvez peut-être ces notions « bateau » sur un océan d’évidences. « C’est du vent ! » entend-on trop souvent.

C’est vrai, il suffit peut être d’organiser un Noël à la fin de l’année à l’attention des salariés et de leurs marmots qui seront traînés là pour déballer leur petit cadeau formaté … tous le même, faudrait pas pousser.

Il suffit d’y ajouter un team building à la noix l’été, bien entendu obligatoire, et peut-être sur une inspiration hasardeuse, à planter un flipper dans la salle de repos … et hop ! Le tour est joué !

Voici l’entreprise bercée d’illusions, c’est la croisière s’amuse, merci patron et ne reste plus qu’à monter sur le pont.

Mouais … peut-être bien que ces ressorts là, en mode start up ou « grand papa » semblent suffisants … pourtant, malgré les arbres de Noël, les paint ball, les baby foot, l’entreprise continue de porter en blessures les fameux burn out, bore out, et autres brown out, les conflits, les absences … les ruptures.

Et si on s’attachait à l’individu avec plus de sérieux, plus d’égards ?

S’il est acquis que chacun est une ressource d’intelligence, de créativité, de solidarité, d’inspiration, d’implication… il faut peut être plus de temps pour l’entendre et pour éviter qu’il ne s’égare.

Avec ce temps si précieux, s’il est juste, s’il est pertinent, l’entreprise libère une formidable énergie.

Elle repose sur des outils concrets, tels que l’aménagement du temps de travail, la formation, la responsabilisation, l’expression individuelle, le télétravail, ou l’ergonomie…

Il s’agit donc d’utiliser les outils proposés par le Droit, et des principes de bon sens, pour trouver dans un environnement économique parfois tendu, ce que le respect génère en termes d’adhésion au projet collectif.

Pas de vision angélique donc, invitant au rêve sur un arc-en-ciel dans le monde des Bisounours, mais l’exercice d’un métier exigeant aux compétences conjuguées de juristes, de spécialistes RH, d’avocats, pour permettre à l’entreprise, par la prise en compte de l’humain, de relever le défi de la performance.

La prise en compte de l’individu et de la « qualité de vie à son poste » permet de réduire l’absentéisme, de limiter le turn over, d’améliorer sa « marque employeur », de développer la créativité, d’amplifier l’efficience par une solidarité et un engagement déterminants.

Cette prise en compte, qui a peut-être inspiré nos XV de France en leurs heures victorieuses, de coups de génie collectifs ou individuels … que leurs adversaires qualifiaient de French Flair …

Alain TREGANT

Article publié le 5 avril 2018 sur LinkedIn